Test Trial Rising

Accueil / Trial Rising

08/2019

Gameplay

Hé !? Tu connais Trial Rising ?
Mais siiiii ! Trial Rising c’est ce jeu de moto version trial (c’est logique bordel !)

Hé !? Et tu savais que Trial existait depuis l’année 2000 ?

Moi perso, j’ai connu cette licence avec Trial HD en 2009, et c’est assez incroyable de voir à quel point la formule fonctionne toujours aussi bien. Surtout pour un non-fan de moto comme moi.

Bref !


Vous commencerez le jeu en personnalisant très brièvement votre pilote (sexe, voix, couleur de peau). S’en suivra alors un léger tuto expliquant le b.a-ba.

Votre but sera de parvenir à faire tous les circuits (il y en a beaucoup !) tout en gardant votre sourire joyeux jusqu’au bout (je n’ai pas réussi et je crois même avoir laissé coulées quelques larmes le long de ma joue…).

Tout d’abord, pour être un bon rider, il vous faudra une moto :

Le Squid : c’est la moto de départ et concrètement, c’est un sacré veau
La Rhino : Solide et puissante. Vous aurez l’impression d’avoir un monstre entre vos doigts boudinés. Parfaite pour faire des circuits plutôt plats, mais à clairement mettre de côté pour faire du trial pur (elle se débloque en gagnant des niveaux de pilote)
La Mantis : Parfaite pour le trial. Elle reste la moto la plus équilibrée sur le long terme (elle se débloque en gagnant des niveaux de pilote)
Le Shopping cart : Euuuuuhhhh !? c’est un cadi… (oui, Slipdebain ? pour faire des courses ? des courses au supermarché… évidement…). Il n’a aucun intérêt particulier et en plus il coute 45 glands de cristal ! (vous imaginez !?). (Les glands de « cristal » sont une monnaie rare autre que l’or de base.)
Le Donkey : Un scooter ? Un chapi ? Un dax ? non… Une merde ! C’est surtout un véhicule quasi incontrôlable. Les contrats en difficulté extrême avec cette bouse sont à vous en arracher les cheveux et il vous faudra en plus une sacrée somme d’argent pour le débloquer. Comme dirait Slipdebain : « Il faut être malin comme un singe pour utiliser ce véhicule ! » (Oui il l’a vraiment dit, et non, il est pas très bon en Anglais.)
L’Hélium : Un vélo… Moins rapide qu’une moto, mais bien plus agile. Chaque saut ressemblera à une célèbre scène d’un film sorti en 1982 et réalisé par Steven Spielberg. (vous aurez besoin d’un petit peu d’argent pour vous l’offrir)
Le Tandem : Pour ceux qui veulent faire la plupart des circuits en amoureux. Parce que Trial c’est aussi de l’amour et des bisous sur les fesses

Maintenant il est temps de parler du menu du jeu. C’est fonctionnel et facile de s’y balader entre chaque circuit :
L’accueil : C’est là que vous pourrez voir les différentes actualités et évènement sur le jeu
Course : Pour faire des courses solo en ligne ou jusqu’à quatre joueurs en local (ça c’est bon !)
Garage : Pour personnaliser votre pilote (j’ai fait Vénom ! Tu t’en fout ? sympa…), votre moto et ouvrir des caisses de matos qui t’offriront soit, des vêtements (accessoire, casque, veste, haut, gants, bas et chaussures), différentes poses (de chargement, de victoire et de défaite), du matos pour ta moto (jantes, échappement, phare, cadre, carénage, garde-boue et les pneus) et des stickers (il y en a tellement !)

Vous l’aurez compris, dans Trial Rising, il y a vraiment de quoi faire pour personnaliser votre pilote et ses motos.
La Boutique : Vous pourrez acheter du matos de personnalisation chez « Ubisoft » ou acheter directement du matos que d’autres joueurs ne veulent plus et qui les mettent en vente
Données de joueur : Pour connaitre votre progression et savoir si vous êtes balèze (ou pas)
Éditeur de pilote : Spécialement présent pour étancher votre soif irrémédiable de créativité


Le jeu se déroule de manière simple. Vous parcourrez le monde (surtout l’hémisphère nord) pour faire différents circuits à la suite. Après une série de courses, vous débloquerez des stades où se feront une série de courses sous forme de championnat. A chaque championnat terminé, vous débloquerez de nouvelles courses, et ainsi de suite jusqu’à la grande finale.

Les courses se déroulent en scrolling. Vous devez partir d’un point « A » pour atteindre un point « B » tout en faisant le moins de fautes possible et en essayant de faire au plus vite. Essayez d’épouser les formes du circuit tout en accélérant et freinant au bon moment.

Différents tutos se débloqueront au fil de vos niveaux de pilote. Pensez à aller en faire régulièrement pour parfaire les différentes manœuvres complexes proposées (maitriser le « Bunny hop » vous sera plus qu’utile). Ces connaissances vous permettront d’arriver à bout des circuits les plus difficiles. Vous débloquerez aussi des sponsors qui vous donneront accès à tout un tas de défis tordus. Réaliser ces contrats vous donnera régulièrement différents bonus et cadeaux.

Si au début Trial Rising vous paraitra facile, ne vous inquiétez surtout pas. Au fil des courses, le jeu augmentera progressivement en difficultés, jusqu’à en avoir une exigence des plus dures. (Vous comprendrez quand vous aurez perdu tous vos cheveux sur les circuits ninjas)

On notera tout de même, des ralentissements et carrément parfois des arrêts sur image sur certains circuits, ce qui peut vous faire rater le run parfait ou tout simplement une séquence compliquée que vous auriez pu enfin passer.

4 /5

Esthétique

Trial Rising est un jeu graphiquement réussi aux décors variés, bien réalisés et avec une personnalisation très poussée.

Le jeu est propre, sans bavure, et on ne pouvait certainement pas s’attendre à mieux pour un jeu de ce style-là.

5 /5

Fun

Drôle et exigeant, Trial Rising a su allier tout ce que l’on peut aimer dans un jeu.

On se passe la manette pour avancer en solo, on branche une manette supplémentaire pour y jouer en Tandem, ou on en rajoute encore deux autres pour y jouer à quatre en local et se mettre sur la gueule.

Malheureusement les ralentissements et les arrêts sur images ont quelque peu entaché mon expérience de jeu (Oui ! Je leur en veux d’avoir codé certains circuits avec les fesses).

4 /5

Ambiance

La musique est constante et il y en a vraiment pour tous les gouts (métal, Rap US, funk, etc…).

La multitude de décors de chaque pays vous fera régulièrement changer d’ambiance et en mettra pleins vos mirettes (si vous avez du temps pour la contemplation).

3 /5

Conclusion

Bien que j’ai une réelle aversion pour les motos et malgré les ralentissements redondants, Trial Rising est un jeu excellemment bien pensé. Exigeant, drôle, graphiquement propre, avec un multi-joueurs digne de ce nom et une personnalisation poussée.

Trial Rising est un « die and retry » à s’en arracher la tête et si vous n’aimez pas ce genre de jeu, mieux vaut le laisser là où il est. En dehors de ça, je n’ai qu’une question à poser. Vous attendez quoi pour l’acheter ?

Petits remerciements :
ABS : Pour sa persévérance (impossible de lui faire lâcher la manette), pour ses idées de génie (t’y arrive pas à moto ? Viens ! on prend le vélo !) et pour ses injures dont je cherche toujours le sens (ton père le trottoir !)
Slipdebain : Pour son talent inné, pour son sens du devoir et surtout pour avoir été bien meilleur qu’ABS.

17 /20


Copyright © 2014 Timber HTML Template. All Rights Reserved.