Test Rise & Shine

Accueil / Rise & Shine

05/2019

Gameplay

L’histoire de Rise & Shine est, pour ma part, Dénuée de bon sens.

On commence le jeu par une cinématique que je vous laisserez découvrir ou que vous connaissez déjà. Après cette cinématique, on prend le contrôle d’un jeune garçon ( Rise ), on avance dans un scrolling dans lequel des PNJ fuient des tirs arrivant dans notre direction, jusqu’à un tas de pierres pour se mettre à l’abri.  

Ensuite, après s’être mis à couvert, une cinématique. A ce moment, on voit un gentil tirer sur un méchant en lui disant de ne plus bouger. (Huuummm, la bonne idée). Le méchant balance une petite phrase, sort son flingue, et tire sur ce fameux gentil, qui réplique en même temps. Le méchant meurt, Rise s’approche de son sauveur (on s’aperçoit que le gentil à un trou dans le bide), et entame la discussion.

On apprend que ce monsieur est le guerrier légendaire et que les Grunts viennent détruire Gamearth. Sachant qu’il est en train de mourir, il donne son arme ( Shine ) à Rise en lui expliquant ce qu’il doit en faire. Il lui indique que cette arme est spéciale puisqu’elle permet de respawn quand on meurt (Non, il ne me semble pas m’être trompé. On meurt, on respawn. Donc je suis en train de mourir, je donne mon seul moyen de vivre… J’y reviendrai plus tard.). On apprend aussi que Rise est un garçon de 10 ans à la recherche de ses parents. 

Bon, petite pause et on analyse le tout.

Alors, le jeune Rise qui a 10 ans court en direction des balles alors que tout le monde se fait descendre autour de lui. Sacrée paire de Cojones le gamin ! Le guerrier légendaire, voyant un ennemi tuer des gens, lui demande simplement de ne plus bouger. Mais oui, moi, j’aurais tout de suite posé mon arme, tout en rampant pour lui lécher les pieds! Pour l’histoire du « je te file mon flingue et je respawn plus », les créateurs ont « bien » paré le truc en laissant Rise demander et Le guerrier légendaire ne pas répondre puisqu’il meurt. ^^

Voilà pourquoi je trouve cela dénué de bon sens. 

Pour rester dans le thème de l’histoire, il y a beaucoup de clins d’œil autour du monde du jeu vidéo. C’est plaisant et plutôt bien maîtrisé. Sinon,  le jeu est beaucoup, mais alors beaucoup, trop court. J’ai mis 2 heures pour le terminer. Sachant que j’ai pris le temps de regarder les cinématiques correctement et d’admirer les décors, ça nous ramène à un jeu pliable en 1 heure.

Deux modes de difficultés sont proposés : le mode normal, où quand on meurt on respawn au checkpoint et le mode Ironman qu’il faudra débloquer en terminant l’histoire en normal. Le mode Ironman est simple à comprendre. On meurt et hop on revient au menu du jeu (Oui ça biaise un peu l’histoire de Shine qui, normalement, nous permet de revivre, mais bon ce n’est qu’un détail pas très important). Donc pas trop de difficulté supérieur si ce n’est qu’il ne faut pas mourir.

La jouabilité est classique. On sort son arme avec une gâchette, on tire avec l’autre, on vise avec un stick, avec l’autre on se déplace. On a un double saut et un dash court pour esquiver mais qui n’est pas imperméable aux balles. On dispose de deux types de munitions : les simples ou les électriques. Ils ont réussi à gérer afin qu’on se serve un peu des deux. Trois modes de tir sont proposés. Le premier, tout simple, on vise on tire. Le deuxième est un système de balles téléguidées utilisable surtout dans des zones prédéfinies. Le troisième est un tir avec une courbe à gérer. Ce dernier shoot peut se charger, servant ainsi à coller la munition sur un ennemi ou autres.

Un triste boss de fin qui est égal aux autres rencontrés dans les niveaux précédents. C’est dommage car, quand je vais jusqu’à la fin du jeu en ayant rencontré plusieurs petit boss, je me dis « putain, le dernier il doit être badasse! Avec de bonnes barres de vie à faire tomber et diverses attaques à esquiver ». Bah non, une merdasse comme les autres.

Même si je trouve la fin du jeu sympa car elle change de l’ordinaire, je reste déçu du visuel qu’ils ont proposé. Une fois le boss vaincu, on avance et on rentre dans un genre de château tout en pixel. Je me suis dis cool, le jeu n’est pas fini et on va passer d’un monde où tout est parfait à un univers pixelisé à mort. C’était logique avec la ligne conductrice sur le monde du jeu vidéo. Bah non, cinématique et hop fin.   

 

3 /5

Esthétique

Un sublime jeu en 2D où la perfection est à mettre à l’honneur. Un décor et des détails exceptionnels. Je me suis régalé les yeux !!! Malheureusement, je mets un bémol sur la couleur choisit pour les balles ennemis qui est majoritairement rouge. Je m’explique.

Premièrement, quand on se fait toucher. L’écran s’assombri en prenant une teinte rougeâtre ce qui rend les projectiles beaucoup moins visibles.

Deuxièmement, Les effusions de sang. Elles sont magnifiques à voir, mais bordel! Elles recouvrent les balles ennemies et les ennemis eux même. Autant vous dire qu’on voit que dalle, alors que pour un jeu de ce style, la vision reste primordiale.

4 /5

Fun

Je ne me suis pas amusé pour un sou!!!

J’ai trouvé les références sympas et quelques textes qui m’ont fait sourire. Sinon rien de particulier.

2 /5

Ambiance

Bon, j’ai envie de dire limite chiante !!!

Je vais me répéter mais mis à par le décor ( très classe) qui vous fait comprendre que c’est la guerre, je vois vraiment rien d’autre. 

1 /5

Conclusion

Rise & Shine est l’exemple du jeu à fort potentiel mais à qui il manque l’essentiel pour devenir un bon jeu.

Une heure de jeu supplémentaire sur le mode normal, moins de cinématiques, un panel d’ennemis plus varié et un rehaussement de la difficulté… Boum, ça donnerait surement un peu plus envie aux joueurs de s’attacher au jeu.

Je ne perds pas espoir et même si Rise & Shine est une petite catastrophe j’attends avec impatience un numéro deux avec des améliorations.

 

10 /20


Copyright © 2014 Timber HTML Template. All Rights Reserved.