Test Persona 5

Accueil / Persona 5

05/2018

Gameplay

He ! Tu connais Persona 5 ?
Non ?

Mais si ! Persona c’est ce spin-off de Shin Megami Tensei qui a fini par devenir plus populaire que son Sensei!


Vous commencerez le jeu avec un ado qui se retrouve accusé à tort d’agression parce qu’il a voulu lui-même aider une pauvre femme qui se faisait agressé par un homme haut placé dans la société. (wtf ??) Viré de son école et envoyé en réinsertion dans un autre établissement, il est pris sous la tutelle du tenancier d’un café qui est un ami de la famille. Votre héros arrive dans une ville qu’il ne connaît pas, avec aucun repaire, et ça tombe bien parce que vous non plus.

Le jeu se déroule en temps réel, chaque jour votre personnage ira à l’école étudier (retenez bien ce que l’on vous dis, vous aurez une évaluation chaque trimestre) et après une journée scolaire anecdotique vous aurez le droit à plusieurs options : trainer avec vos potes pour améliorer vos liens avec eux, créer de nouvelles relations, aller dans le mémentos (un donjon labyrinthique qui débloquera de nouvelles chambres à chaque avancé dans la quête principale et qui vous permettra de réaliser des contrats de chasse), explorer un palace (un donjon lié à l’histoire), trouver un travail qui vous rapportera très peu d’argent sur le long terme ou améliorer vos stats sociales (habilité, charme, courage, connaissance, gentillesse) qui vous seront importante pour finaliser certains liens avec des confidents.

Pour chaque jour, vous aurez l’après école et le soir. Utilisez au mieux ces deux moments de la journée, sachant qu’il y a certaines options possibles seulement quand il fait encore jour et d’autres seulement possible le soir. Il vous arrivera parfois d’avoir des dilemmes entre trainer avec une personne ou une autre (les palaces vous prendront la journée complète et il en est de même pour le mementos a par si vous avez augmenté un lien en particulier).

Dans chaque palace que vous allez parcourir, le but sera d’avancer de pièce en pièce jusqu’à la dernière en résolvant parfois de légères énigmes et découvrir des « Safe rooms » qui vous permettront de sauvegarder ou de retourner sur une autre zone du palace découverte au préalable comme par exemple son entrée. Vous pourrez effectivement entrer et ressortir à votre guise, mais cela vous dépensera une journée, même si vous n’avez pas avancé.

Attention ! Vous aurez un nombre de jour pour réussir l’épreuve de chaque palace, sinon la partie sera perdue et on vous proposera de reprendre votre partie une semaine avant la fin du temps impartit, en perdant évidement toute votre progression, mais ne vous inquiétez pas, vous aurez le temps. Pensez juste à regarder de temps en temps votre calendrier/agenda ou en haut à gauche de votre écran pour voir le décompte.

Vos déplacements et actions en donjon ne sont souvent pas à la hauteur de ce que veut vous proposez le jeu. Le contrôle du personnage aurez pu être amélioré. Un léger temps de latence entre votre mouvement du pouce sur votre stick et votre personnage peut être vite embêtant.

Les ennemies sont visibles et non pas en apparition aléatoire et quand vous aurez raté votre essai d’embuscade (ce qui vous fera augmenter une jauge de recherche et plus le niveau est haut plus il y aura d’ennemis) ou que l’on vous demandera d’atteindre une zone rapidement vous serez potentiellement vite agacés.

Un gameplay en combat agréable avec tous les codes des anciens J-RPG que l’on aimait tant.

Si vous voulez clairement réfléchir un peu plus, commencez le jeu en difficile (vous pourrez changer de difficulté à tout moment), mais attendez-vous quand même de passer de poilu à chauve, surtout quand on sait qu’ils ont rajouté une difficulté téléchargeable gratuitement en supplément « Merciless » pour les plus chevronnés. (Les coquins !)

Les combats se résument à chercher la faiblesse de l’ennemi, le mettre au sol ce qui vous donnera une action supplémentaire. Chaque fois que vous touchez la faiblesse des ennemis et qu’ils sont tous au sol vous pourrez prétendre à faire une « All out attack » (c’est une attaque combinée qui fait plus de dégâts qu’à l’habituel et qui touche tous les ennemis) ou à leur parler, pour soit obtenir de l’argent, soit obtenir un objet, soit essayer de les recruter avec une légère série de questions. Si vous répondez dans son sens, il est à vous.

Il y a dix éléments d’attaque différents (dégâts physiques arme blanche, dégâts physiques à distance, électricité, glace, vent, feu, radioactif, psychique, bénédiction et malédiction) et trouver la faiblesse de l’ennemi vous demandera parfois pas mal de patience. Une fois vos liens améliorés avec vos héros qui sont au nombre de 9 et pas tous jouables.

Vous pourrez prétendre à avoir différentes capacités de combats, dont le « Baton pass » qui vous permettra, quand vous avez fait une attaque qui met un ennemi au sol, de pouvoir donner votre prochain tour a un allié, ce qui augmentera ses dégâts et sa régénération de santé dans l’instant et peut-être qu’il aura le bon élément d’attaque contre l’ennemi que vous affrontez.

Un personnage non jouable, avec une certaine amélioration de lien vous proposera aussi de pouvoir changer avec votre héro principal un personnage d’attaque pour un autre qui n’y est pas et qui aura peut-être le bon élément, ceci améliorera un petit peu votre stratégie.

Vous pourrez aussi créer des personas (les créatures que vous allez invoquer en combat et dont vous allez utiliser les capacités) via un endroit spécial (Velvet room) du jeu où vous pourrez tout simplement en combiner un pour avoir un autre en général plus puissant. Vous ne pourrez pas créer un persona avec un niveau plus élevé que le vôtre, à part si vous avez débloqué un niveau de lien en particulier. C’est une des parties du jeu que j’affectionne particulièrement même si je regrette fortement d’avoir passer trop de temps à fusionner et de ce fait, de ne pas avoir garder mes personas plus longtemps. Par exemple : vous avez un persona de niveau 12, vous avez débloqué toutes ses capas et vous venez de passer niveau 15, vous allez forcement essayer de le fusionner pour en avoir un plus puissant. Et qui sait…. Peut-être que celui-là sera horriblement laid (ça arrive souvent, malheureusement…).

Les fusions vous permettront de récupérer quelques-unes des capas de vos anciens personas pour les incorporer aux nouveaux. La puissance de ces nouveaux dépendra du rang des liens avec vos confidents. Les confidents sont des personnages jouables ou non qui vont vous épauler tout au long du jeu.

Chacun ont dix niveaux d’affinités et chaque niveau d’affinité vous donnera potentiellement une capa qui améliorera votre gameplay et aussi votre affinité pour une catégorie de personas selon le personnage, ce qui vous donnera de l’extra pex pour vos fusions. Ça parait compliqué ? Promis, ça ne l’est pas.

4 /5

Esthétique

Un jeu plutôt joli en « cel shading ».
La touche Japonaise fait toujours son effet et on retrouve l’esthétique des shin megami tenseis.

Les attaques de bases et certaines attaques spéciales ont vraiment la classe avec une caméra pas exactement placé de la même manière que les autres J-RPG déjà vu, ce qui rend cette phase-là originale et bien pensée. Il y a beaucoup de personas très laids, mais heureusement, même s’il y en a moins, on se rattrape sur ceux qui sont potables.

On prend du plaisir à regarder et admirer les images animées pendant les dialogues entre les personnages, et toutes les cinématiques (il y en a pas mal) sont elles aussi en animés, ce qui rajoute beaucoup à l’immersion et à votre plaisir de jouer. Les menus sont exceptionnellement beaux avec un panel de couleur très réussis, bien animés et fonctionnels.

Vos héros, avec leurs tenues d’écoliers moches, auront un tout autre aspect une fois dans la métaverse (Palace/Mementos) pour votre plus grand bonheur (ou pas). Des tenus téléchargeables gratuitement, mais aussi payantes, sont à disposition sur le store.

Des palaces intéressants dans leur coté unique avec une esthétique originale sans jamais ressembler aux autres, mais avec finalement très peu de choses interactives à l’intérieur, en soit, des petites coquilles vides.

Chaque palace a son propre aspect, mais malheureusement, la façon de les parcourir se fait quasiment tout le temps de la même manière.

4 /5

Fun

Un amusement en dent de scie, entre les phases de combats qui manque parfois de profondeurs pendant quelques heures de jeu, mais qui seront améliorés par vos liens avec pas mal de capas plutôt drôles sur le long terme, et les phases de dialogue parfois beaucoup trop longues et ennuyeuses, même si elles apportent souvent de la profondeur au scénario.

Le fait que le jeu soit vraiment complet et qu’il vous propose une grande variété d’activités vous permettra quand même de trouver votre bonheur d’une façon ou d’une autre entre les combats, les cours, les discussions, les palaces, le mementos, améliorer vos liens ou en créer, ou bien d’autres activités moins intéressantes mais drôles quand même.

Persona 5 reste quand même un J-RPG comme on en fait plus, et voir même, comme on en a jamais fait, et ça! Ça n’a pas de prix!

3 /5

Ambiance

Une ambiance folle entre Deathnote et V pour Vendetta, avec un zeste d’Inception dans les palaces, qui placera votre petit groupe entre métaverse et réalité. Déambuler dans les rues de Tokyo, entre le métro, les petits quartiers résidentiels ou le Grand Shibuya est un grand plaisir et donne clairement l’impression d’y être.

Un style propre et singulier rarement vu dans d’autres jeux, avec une musique « lounge et jazzy », osée, originale et souvent en décalage. Ces titres sympathiques vous suivront tout au long du jeu pour votre plus grand plaisir. Vous vous surprendrez sans doute à chantonner le thème principal sous la douche, en faisant la cuisine ou en travaillant.

5 /5

Conclusion

Avec son gameplay pas toujours à la hauteur, son coté moralisateur (les gentils ados contre des méchants adultes qui ont pour la plupart des passés sombres et laborieux (Traités peut être avec un peu trop de légèretés)), le fait que certains héros ai un manque de classe, de charisme et de profondeur, que le jeu soit uniquement en anglais et pas sous-titré pendant les cinématiques (-1) et que le jeu ai des phases longues, que parfois on s’ennuie, et que s’il n’est pas joué en continue on puisse vite se lasser, pourrai vite vous faire déchanter.

Malgré tout, Persona 5 est un J-RPG de qualité et « Atlus » a su s’atteler à faire un jeu très original qui reprend les codes de base tout en en créant de nouveaux avec talent.

Vous prendrez du plaisir à augmenter vos liens en général ou pour améliorer votre gameplay en combat avec des capas drôles et originales.

Vous serez satisfait d’avoir des chargements courts, voir même inexistants, vous serez ébahi par la mise en scène réussie, la classe des cinématiques, la musique lounge/Jazzy un scénar travaillé même si il est tiré par la tignasse. Vous serez content à la fin d’avoir cette sensation d’avoir parcouru du chemin (tenir la distance) avec votre petite équipe et même si le jeu peut être plutôt long (plus d’une centaine d’heures), vous serez triste de déjà le finir. Mais ne vous inquiétez pas, si vous en voulez encore, il y aura toujours un new game plus avec de très jolies bonus!

15 /20


Copyright © 2014 Timber HTML Template. All Rights Reserved.