Test Devil May Cry 5

Accueil / Devil May Cry 5

05/2019

Gameplay

Point fort de la licence depuis Devil Mays cry 3. Les premiers runs serviront principalement à découvrir l’histoire et à débloquer toutes les capacités pour chacun des personnages. Une fois cette partie un peu fastidieuse terminée, le fun peut enfin commencer. Ce nouveau Devil May Cry reprend les bases du quatrième opus qui étaient déjà absolument incroyables et les agrémentent de nouveaux éléments donnant encore plus de profondeur à nos deux protagonistes.

Nero retrouve ainsi blue rose, son fameux revolver capable d’envoyer des tirs chargés incroyablement puissants. Ainsi que Red queen, son épée qui, grace à l’exceed pourra envoyer des coups dévastateurs.

Pour compléter cette panoplie, les Devil Breakers. Ayant perdu son bras démoniaque, Nero se retrouve doté d’une dizaine de prothèses fabriquées par Nico, sa nouvelle coéquipière. Ces prothèses procurent à Nero ce qui lui manquait cruellement dans le quatrième épisode. Plus de possibilités et de diversité, une attaque normale et une spéciale étant disponibles pour chaque Devil Breaker. L’attaque spéciale détruira le Devil Breaker switchant directement sur le suivant. Bien gérer son inventaire afin d’avoir l’outil approprié face à toutes les situations sera donc la clé de voute du gameplay de Nero.

Dante quant à lui revient aussi puissant que jamais. Comme dans Devil mais cry 4, les quatre styles de combat sont présents. Swordmaster vous permettra d’utiliser les coups spéciaux de chacune de vos armes de corps à corps, Gunslinger fera de même avec les armes à feu. Trickster vous permettra d’esquiver les coups et de vous téléporter sur un ennemi. Le Royalguard quant à lui vous permettra de bloquer n’importe quelle attaque au prix d’une partie de votre jauge démoniaque ou d’un timing précis.

Les armes disponibles pour Dante raviront les fans de la première heure.

Les armes de corps à corps : trois épées différentes, chacune possédant son propre moveset.

Belrog ( successeur de Beowulf) vous permettra de retrouver les enchainements pied-poings surpuissants de Dante.

King Cerberus signe le come back des nunchakus de Devil mais cry 3. Combo interminable, attaque de zone et attaque defensive ( très utile contre certains ennemis plutôt compliqués).

Et la nouvelle arme de cet opus : Cavaliere. Une moto vous permettant de combiner puissance, attaque de zone et déplacement.

Les armes à feu : Ebony et Ivory, pas de surprise, nos deux fidèles pistolets sont de la partie.

Coyote, le shotgun pour faire des tirs plus puissants qui déstabiliseront vos ennemis.

Kalina Ann, le lance-missiles pour faire de gros dégât même à longue distance.

Et enfin Dr. Faust. Une arme à double tranchant permettant de vous faire gagner beaucoup plus d’orbes rouges ( monnaie du jeu) mais qui vous en fera également perdre si vous vous faites toucher par un ennemi. Extrêmement efficace pour farmer ces fameux orbes si bien utilisé. Certaines attaques recquiereront également une lourde dépense d’orbe mais la récompense en vaudra la chandelle. En effet, Dr. Faust peut littéralement nettoyer une zone remplie de demons en un instant.

À tout ceci s’ajoutera le devil Trigger, mode démoniaque rendant chacun des coups de Dante beaucoup plus puissant. Mais également, autre nouveauté de cet épisode, le Sin Devil Trigger. En investissant votre jauge de Devil Trigger, une autre jauge se remplira progressivement. Ce mode spécial transformera Dante en vrai démon. Chacune de vos attaques sera d’une violence exceptionnelle. Invoquer les feux de l’enfer, faire exploser vos ennemis de l’intérieur, envoyer des rayons lasers. Vos pauvres adversaires n’auront que peu de chances face à vous une fois ce mode activé !

Dante possede donc un gameplay extrêmement varié et complet vous donnant des possibilités quasiment illimitées . Un vrai bonheur pour tout amateur de combo.

V, le nouveau personnage de la licence possède un gameplay pour le moins unique. En effet, contrairement à Nero et Dante, V ne possède pas d’armes. Son style repose entièrement sur les trois demons qu’il pourra invoquer. Griffon, le corbeau se substitue à vos armes à distances grâce à ses attaques électriques. Shadow, la panthère servira d’arme de corps à corps.

Nightmare quant à lui est un gros golem capable de créer le chaos sur le champ de bataille, il remplace le mode démoniaque des deux autres personnages. Son invocation permet également de réanimer vos deux autres compagnons. En effet, vos demons subissent des dégâts … Une fois ceux-ci au sol, V devra les réanimer en restant proche de l’endroit où ils sont tombés ( un vrai plaisir en enfer et enfer ou vos demons, tout comme vous,  peuvent mourir en un seul coup)

Le gameplay de V se veut donc plus tactique et un peu moins immersif. Placer V de façon à ne pas vous faire toucher tout en utilisant vos demons à leur plein potentiel sera donc le point principal.  Personnellement, j’ai trouvé que son gameplay se révèle rapidement bien trop limité et le sentiment d’être simple spectateur du combat devient omnipresent.Le personnage souffre probablement beaucoup de la comparaison avec Nero et Dante.

5 /5

Esthétique

Le jeu vous fait tout d’abord découvrir Red Grave City, ville fictionnelle s’inspirant de Londres, durant près de la moitié du jeu. Votre épopée vous fera traverser ses rues, pont et vous entrainera même dans les souterrains dans un niveau où vous pourrez visiter une station de métro envahie de démons. Les premiers niveaux sont donc tellement inspirés que nos attentes pour la suite n’en deviennent que plus grandes.

Malheureusement la deuxième partie du jeu tombe dans la facilité . Utilisant continuellement des décors plus organiques. Tours interminables dont le cadre se résumera à des murs de chair, de longs couloirs sombres, et autres environnements caverneux. Autant dire que la progression dans ces niveaux ne sera pas pour les joueurs claustrophobiques. Varier les décors pour quelques niveaux auraient définitivement été un point positif. Concernant le bestiaire et les boss, leurs designs se fond parfaitement dans l’univers du jeu.

4 /5

Fun

Difficile de faire beaucoup mieux que Devil mais cry 5 sur ce point. Comme annoncé par les développeurs durant les mois précédant la sortie, le jeu délivre absolument tout ce dont un fan de DMC pouvait rêver. L’histoire est la définition même du fan service jusqu’à la dernière seconde. Le gameplay de Dante à lui seul propulse le jeu au sommet des jeux de sa catégorie. En utiliser l’entièreté se révélera comme toujours compliqué. Mais pour les joueurs prêt à s’investir et apprendre, il deviendra rapidement un des personnages les plus fantastiques à contrôler de l’univers du jeu vidéo. Nero et V quant à eux, permettront à un joueur occasionnel de faire de beaux combos avec un peu de pratique. Il faudra être très difficile pour ne pas s’amuser en jouant à ce DMC.

5 /5

Ambiance

Au fil de notre aventure, on retrouve l’ambiance gothique qui a su envouter les fans du premier épisode de Devil mais cry. L’OST du jeu est très bonne, quoiqu’un peu trop calme a mon gout. Quelques titres un peu plus agressifs auraient probablement plus collés à l’ambiance. Néanmoins, mention spéciale a Cavaliere Angelo dont le thème sort vraiment du lot.

4 /5

Conclusion

Comment ne pas etre dithyrambique avec ce Devil May Cry. Les beat them up de cette qualité se font de plus en plus rares. DMC prolonge son règne sur la catégorie avec ce nouvel épisode. À faire absolument.

18 /20


Copyright © 2014 Timber HTML Template. All Rights Reserved.