Test Bloodstained

Accueil / Bloodstained

08/2019

Gameplay

Hé ?! Tu connais Bloodstained Ritual of the night ?
Non ???

Mais siiii !!! Bloodstained Ritual of the night, c’est ce jeu en parti réalisé par le mec qui a fait Castlevania Symphony of the night !
Comment ?
On ne peut pas comparer ces deux jeux parce que Castlevania Symphony of the night est un chef d’œuvre ?

Je vais me gêner !


Votre histoire débutera avec une demoiselle se prénommant Miriam.

Après un coma de 10 ans, Miriam est réveillée par son ami Johannes l’alchimiste qui l’informera qu’un château peuplé de démons a ouvert ses portes pour une journée porte ouverte et que son ami Gebel a de gros problèmes psychologiques suite à sa promotion en tant que chef de direction du château.

Miriam est une crystalliseuse, ce qui signifie qu’elle peut (comme Gebel d’ailleurs) catalyser les pouvoirs démoniaques. En d’autres termes, Miriam pourra récupérer (avec un pourcentage de chance) le pouvoir des ennemis qu’elle terrasse et les utiliser à sa guise (tous les ennemis ont un fragment de pouvoir, excepté les spectres).

Il existe six types de fragments :
Les fragments de conjuration (rouge) : Ils s’utilisent avec la touche « Y ». Ce sont les fragments les plus répandus et ils vous offriront diverses attaques magiques
Les fragments manipulateurs (bleu) : Ces fragments sont peu nombreux et ils ont tendance à s’utiliser en maintenant la touche « RB » enfoncé.
Les fragments de direction (violet) : Ils s’utilisent en inclinant « le stick droit » dans une direction choisie, tout en appuyant sur la touche « RT ». Ces attaques sont en général à distance.
Les fragments de familier (vert) : Un familier est un compagnon qui vous accompagnera tout au long de votre aventure (vous pourrez en équiper qu’un seul. Il y en a 6 au total et ils sont interchangeable a tout moment). Ils évolueront et gagneront en puissance tout comme votre personnage à chaque gain de niveaux.
Les fragments de compétence (blanc) : Ces fragments accordent des capacités spéciales permanentes liées à votre avancement dans le château. Ces fragments peuvent être activés et désactivés dans le menu qui leur est dédié.
Les fragments passifs (jaune) : Ces fragments amélioreront les capacités physiques ou intellectuelles de Miriam. Augmenter le rang d’un fragment via l’alchimie (voir Johannes) au niveau max (niveau 9) le convertira en fragment de compétence (blanc). C’est une possibilité vraiment sympa du jeu qui pourra vous rendre puissant.

Tous les fragments ont deux critères de puissance et peuvent être améliorés au même titre que les rangs en classe. Pour améliorer la classe de votre fragment, il vous faudra le débloquer de nouveau. Une fois arrivé au total de 9, il sera au maximum.

Si votre attaque magique favorite se débloque sur un démon lambda, il ne vous restera plus qu’à lui ouvrir la tronche jusqu’à obtenir satisfaction et il en sera de même pour obtenir tous les objets que les démons peuvent posséder (le farm c’est la vie !). Appuyer sur la touche « Start » pour ouvrir un menu. L’onglet archive vous permettra de voir ce que vous avez débloqué. Les « ?????? » signifieront qu’il vous restera encore des items à droper sur ce démon.


Vous commencerez en arrimant votre navire sur une cote proche du château et dès votre arrivée, vous vous ferez directement attaquer sur votre petit bateau. Cette zone vous permettra de vous faire la main sur les différentes possibilités de base de combat et de déplacement.

Après avoir occis quelques menus démons, vous vous dirigerez vers une petite ville se nommant « Arantville » (Oh ! bah ça c’est un jolie nom !). Arantville regorgera de divers PNJ (c’est peut-être un peu exagéré) et certains vous seront très utile comme Johannes, qui vous permettra de crafter un bon nombre d’équipement (armes, armures et même des fragments), de vous confectionner de bons petits plats maison, d’améliorer vos fragments ou de recycler vos équipements pour en récupérer ses matériaux.

Il y a 10 types d’armes différentes avec leurs avantages et leurs inconvénients. Certaines de ces armes ont des attaques spéciales qui vous feront consommer du mana. Ces attaques peuvent être débloquées en faisant des manips aléatoires avec votre manette ou en trouvant des bibliothèques sur la map. Les attaques spéciales ont une jauge de progression et elle évoluera à chaque ennemi tué avec cette attaque. Une fois la jauge remplie, la compétence d’attaque sera à son maximum de puissance.

Une fois le jeu terminé en difficulté normale, il vous sera possible de le recommencer en difficile avec tous le matos que vous aviez précédemment acquis ainsi que tout le pourcentage de map que vous aviez déverrouillé. Une fois le jeu fini en difficile, il vous sera possible de le recommencer une fois de plus en cauchemar avec encore tous vos objets et encore tout le pourcentage de map déverrouillé (pensez en difficile à redébloquer toute les chambres de la map ou sinon en cauchemar on vous redonnera une map avec seulement les chambres visitées en difficile.).

La vraie différence en mode cauchemar, c’est que vous ne pourrez pas avoir de gain de niveau pour votre personnage. Il vous faudra faire tout le jeu au niveau 1 avec une faible jauge de point de vie et de mana.

Ne vous inquiétez pas, si vous vous êtes bien équipé sur les runs précédents, vous ferez aussi celui-là les doigts dans le nez.

5 /5

Esthétique

Honnêtement Bloodstained Ritual of the night est un peu comme Léa (il est pas jolie, il est pas moche non plus). Certaines textures et animations laissent clairement à désirer avec un manque indéniable d’imagination pour les démons lambda et les bosses.

Miriam est quand même réussi, surtout par rapport à d’autres PNJ que vous croiserez.

On notera que si le style de Miriam a de l’importance pour vous, il vous sera possible (en trouvant un PNJ sur la map) de changer légèrement son look.

3 /5

Fun

Si vous avez aimé Castlevania Symphony of the night, vous ne serez guère dépaysé. Le jeu se déroule de la même manière et il y a tellement de clin d’œil, que l’on finit par se demander si on ne joue pas au même jeu en moins bien (Ah bah ! C’est ça en fait !).

Il vous faudra une trentaine d’heures pour terminer le jeu une première fois et quelques heures de plus pour les deux autres difficultés. De ce fait, on n’a pas le temps de s’ennuyer et ça, ça n’a pas de prix.

4 /5

Ambiance

Si Castlevania Symphony of the night avait une ambiance sombre et plutôt glauque avec une bande son incroyable, Bloodstained Ritual of the night lui, a une ambiance gentillette et édulcorée avec une bande son agréable, mais bien moins épique.

Les dialogues sont niais, sans saveurs, sans émotions et heureusement que l’ambiance esthétique globale dans le château reste dans le thème.

3 /5

Conclusion

Bloodstained Ritual of the night est un bon jeu si on met de côté son prix (presque 1 euro de l’heure) et ses nombreux défauts.

Avec son gameplay et ses mécaniques de jeu copiés sur divers Castlevania, le jeu ne pouvait être que bien réalisé. Mais pour ma part, il me laissera tout de même un goût de nostalgie en bouche, en parti dû à son manque d’imagination, et cela même si il y a 127 démons à affronter (boss inclus), 61 quêtes annexes (inintéressantes) et 145 fragments à découvrir.

Au final, si votre but est de faire un bon jeu, faites donc Bloodstained Ritual of the night. En revanche, si votre but est de jouer à un chef d’œuvre maître du genre, il ne vous restera plus qu’à vous débrouiller pour trouver et faire Castlevania Symphony of the night sorti en 1997 (ça laisse songeur…).

15 /20


Copyright © 2014 Timber HTML Template. All Rights Reserved.